Choisissez votre pays ou région d’origine.
France France Ok Change
 Préparation à l’agriculture 4.0

Comment les produits électroniques assurent plus de précision sur le terrain

Accueil Médias Témoignages Préparation à l’agriculture 4.0

Préparation à l’agriculture 4.0

Petits mais polyvalents : les capteurs pourraient déjà apporter plus de sécurité, de confort et d’efficacité dans l’agriculture.

Pour être honnêtes, quand nous pensons « agriculture », nous pensons souvent à une petite ferme avec une grange, quelques poules dans la cour et une dizaine de vaches dans l’étable encore traites à la main. Cependant, afin de pouvoir nourrir une population mondiale en perpétuelle croissance, l’agriculture a été pratiquement obligée de se transformer en une industrie à haut rendement au cours des dernières décennies. La digitalisation y a également contribué. Ici, l’industrie a maintenant énormément rattrapé son retard. Car en plus du blé, du maïs et du soja, de plus en plus d’agriculteurs récoltent autre chose : des données. À propos de la santé de leurs porcelets. À propos de la production de lait de chaque vache. À propos de la santé des sabots des chevaux. À propos de l’état du sol. Et sur la quantité minimale d’engrais nécessaire pour une qualité de récolte maximale. La source de toutes ces informations sont les capteurs.

Plus de confort pour les longues journées de récolte

Bien sûr, chez Continental, nous ne sommes pas des professionnels de l’élevage. Mais nos experts connaissent très bien les capteurs utilisés dans les applications agricoles. En effet, ceux-ci peuvent être utilisés pour rendre « intelligents » les ressorts pneumatiques analogiques des trains de roulement, des cabines et des sièges des machines agricoles et ainsi augmenter considérablement le confort du conducteur. Un exemple est les ressorts pneumatiques pour l’essieu avant des tracteurs, pour lesquels Continental est le seul fournisseur.

Préparation à l’agriculture 4.0

Si ces capteurs s’allient à d’autres composants, par exemple des vannes et autres actionneurs, ainsi qu’à un logiciel de contrôle approprié, ils seront la première étape vers l’Agriculture 4.0. Un exemple concret est le système d’amortissement à ressort pneumatique électronique (eASD), un système de suspension et d’amortissement à commande électronique pour les cabines de véhicules qui s’adapte automatiquement au relief inégal du sol, augmentant ainsi le confort à l’avenir pour tous ceux qui passent douze heures ou plus au volant d’une moissonneuse pendant la saison de récolte.

Petits mais puissants : les capteurs sont déjà polyvalents aujourd’hui

Cependant, l’eASD dans l’agriculture relève encore de l'avenir. En revanche, les capteurs HPTA peuvent déjà aider à résoudre d’importants problèmes d’efficacité et de durabilité dans l’industrie aujourd’hui. HPTA signifie « hauteur », « pression », « température » et « accélération ». Selon l’application, ils peuvent mesurer une seule de ces valeurs, une combinaison de plusieurs, voire tous les paramètres.

Un exemple concret de cela ? Des éléments hydrauliques sont souvent utilisés dans les semoirs et planteuses pour répartir les différents semis. Cependant, cette technologie présente plusieurs inconvénients : d’une part, il n’est jamais exclu que l’huile hydraulique puisse fuir, ce qui aurait des conséquences négatives sur les plantes, le sol et l’environnement. D’autre part, l’agriculteur doit lui-même s’en occuper et régler la hauteur de plantation sur l’un des cinq niveaux prédéfinis, qui s’applique ensuite à tous les rangs de plantation des semoirs. Et enfin, ce réglage reste ensuite inchangé, quelles que soient les modifications des conditions du sol dans le champ. En conséquence, la coûteuse semence n’est pas toujours disséminée de manière optimale, à la bonne quantité, à la profondeur de semis adaptée ou avec le bon espacement.

Préparation à l’agriculture 4.0

Cependant, comme les ressorts pneumatiques ne nécessitent pas d’huile, ils constituent déjà une alternative de plus en plus recherchée pour la technologie hydraulique. Et lorsqu’ils sont équipés de capteurs HPTA, jusqu’à 56 rangées de plantes peuvent être calibrées individuellement et avec une grande précision sur la simple pression d’un bouton après un premier balayage du sol. De plus, ils peuvent s’ajuster automatiquement au fur et à mesure de leur progression et compenser les différentes conditions du sol. Cela signifie que les graines peuvent être profondément disséminées aussi bien dans une couche arable meuble que dans un sol ferme.

Cette précision devient encore plus importante avec les pulvérisateurs agricoles. Si des liquides se concentrent de manière inégale à un endroit alors qu’ils en manquent ailleurs, cela peut compromettre toute une récolte. Ici aussi, des ressorts pneumatiques intelligents peuvent garantir que chaque plante reçoive exactement la bonne quantité d’eau. En plus des différents sols, nos capteurs détectent les changements de poids du véhicule, qui continuent de diminuer au fur et à mesure que le liquide est évacué du réservoir. Des ressorts pneumatiques réglables manuellement étaient également utilisés à cette fin jusqu’à présent et pourraient gagner en précision en utilisant des capteurs HPTA.

L’Agriculture 4.0 ne relève pas de la science-fiction

Au cours des dix dernières années, la technologie agricole s’est considérablement développée avec l’aide de la digitalisation, et cela devrait se poursuivre. Aujourd’hui, les drones aériens sont déjà fréquemment utilisés pour l’inspection des terres, les systèmes de caméras à 360 degrés fixés aux machines agricoles, tels que le ProViu 360 de Continental, donnent aux agriculteurs un bon aperçu de la zone environnante, et les machines de récolte modernes sont surveillées et entretenues avec l’aide de la maintenance prédictive. Par conséquent, la technologie de capteur intégré continuera à stimuler le développement et à accroître encore l’automatisation, la sécurité, la durabilité et l’efficacité dans les exploitations agricoles. Les agriculteurs n’effectueront plus de nombreuses tâches eux-mêmes et à la main mais surveilleront les machines depuis leurs bureaux. Après tout, les capteurs sont suffisamment sensibles.

D’ailleurs, les chevaux ont également récemment commencé à bénéficier de la digitalisation made in Hanovre. Le premier produit de Continental était un tampon pour sabots en caoutchouc, nous présentons aujourd’hui pour la première fois un fer à sabot unique. Celui-ci est placé sur le sabot du cheval et un capteur intégré fournit des indications sur les pressions irrégulièrement réparties sur la semelle. Cela permet aux forgerons d’intervenir à un stade précoce avant que des problèmes de santé ne surviennent et, en fin de compte, nécessitent un traitement vétérinaire long et coûteux. De plus, les données du capteur de sabot facilitent le diagnostic et permettent de mettre en place un traitement optimal. Peut-être que nous deviendrons des professionnels de l’élevage après tout.

Télécharger