L’histoire de ContiTech

Les temps forts de notre histoire

Depuis 1871, ContiTech a créé une large gamme de produits symbolisant notre force d’innovation, notre savoir-faire technologique et notre expertise en matériaux. Découvrez les produits phares, les solutions, les brevets et les curiosités de notre riche passé.

1875

Voici comment le cheval s’est fait une place sur le logo Continental

Notre premier focus est « le brevet du tampon de sabot Hartmann » de 1875. C'est un produit des tout débuts de ContiTech et Continental AG. Le tampon de sabot était fixé entre le fer à cheval et le sabot. Son objectif était de maximiser le contact des sabots du cheval avec le sol, comme ils le seraient dans leur état naturel. Avec le sabot ferré, seul le mur était en contact avec le sol, c'est-à-dire la surface qui est ferrée avec le fer à cheval. Avec le tampon de sabot, la grenouille et la sole du cheval touchaient également le sol. Il en résultait moins de malformations du sabot, une protection contre les blessures et une stabilité accrue, par exemple sur des surfaces glissantes. Une véritable innovation en mobilité.

Le tampon de sabot est d'une importance particulière pour Continental : sur une brochure publicitaire de 1875, le célèbre cheval Continental fait sa première apparition. Il est fort probable qu’il soit à l’origine de notre logo, qui, après diverses refontes, est toujours utilisée aujourd'hui.

 

1899

 

Voici comment ContiTech a introduit la lumière électrique dans la voiture

Nos courroies de transmission étaient à l'époque révolutionnaires pour les secteurs automobile et industriel. L’enregistrement sous la marque Continental – y compris pour les courroies de transmission – remonte à 1899. Initialement, seules des courroies pour l'industrie étaient produites. À partir de 1907, les premières courroies trapézoïdales (en V) pour motos ont été ajoutées. Le hic : les courroies d'entraînement n’étaient pas encore sans fin, elles étaient reliées par un verrou.

Drive Belts

Avant l'avènement des premiers alternateurs à partir de 1913, les véhicules étaient encore éclairés par des lampes à gaz. Cette nouvelle technologie a progressivement électrifié les véhicules : les lampes à gaz ont été remplacées par un éclairage électrique, le démarrage du moteur a été supprimé et, progressivement, divers autres systèmes électriques ont été connectés à l'alternateur. La transmission de puissance nécessitait des courroies d'entraînement aussi exemptes de pertes que possible. ContiTech a été en mesure de répondre à ces exigences avec la courroie trapézoïdale en caoutchouc sans fin.

 

1900

 

Voici comment ContiTech a développé des tissus aéronautiques pour voler

Nous sommes passés d'une petite usine de caoutchouc locale à une entreprise internationale au cours de la période allant des années 1890 à la Première Guerre mondiale. Les raisons du succès de l'entreprise ne venaient pas seulement de sa percée en tant que fabricant de pneus pour l’automobile ou de son entreprise de pneus pour vélo, mais aussi à sa diversification dans les domaines d'activité des produits techniques en caoutchouc et des biens de consommation. Nos tissus aéronautiques en sont un bon exemple.

ContiTech a participé au développement d'une icône des débuts de l'aviation, le premier Zeppelin LZ1, qui a décollé pour la première fois le 2 juillet 1900. La forme du dirigeable rigide était caractérisée par un cadre en aluminium léger recouvert de tissu aéronautique. À l'intérieur du Zeppelin se trouvaient plusieurs cellules à gaz qui fournissaient la portance nécessaire au dirigeable. Notre revêtement en tissu pour ballon a été utilisé pour sceller ces cellules à gaz dans la LZ 1. Outre l'histoire du Zeppelin, une autre étape importante dans l'histoire de la mobilité est étroitement liée à nos tissus aéronautiques : lorsque le Français Louis Blériot est devenu le premier homme à traverser la Manche en avion en 1909, les ailes de son avion étaient recouvertes de nos tissus.

 

1920

 

Voici comment ContiTech protégeait contre le froid

Plus particulièrement à partir des années 1890 jusqu'aux années 1920, les produits de consommation en caoutchouc ont déterminé les activités de loisirs et la vie quotidienne de toutes les classes sociales. Les catalogues de biens de consommation de ces années étaient presque infinis et abritaient tous les objets du quotidien imaginables en caoutchouc, jusqu'aux curiosités telles que les ceintures de billard ou les courroies en caoutchouc.

hot water bottle

Notre bouillotte est probablement l'un de nos produits les plus connus. En tant que premier acteur sur ce marché, nous avons produit et fait la publicité intensive de nos emblématiques bouillottes rouges à partir de 1922. Alors que la bouillotte gagnait en popularité au sein de la population générale au milieu des années 1920, elle est devenue un véritable best-seller. Pendant ce temps, 40 employés à eux seuls étaient occupés à produire 500 000 bouillottes en caoutchouc par an. Après plusieurs décennies, la production a été interrompue en 1997. Aujourd'hui, la bouillotte est un objet culte : dans les maisons de vente aux enchères en ligne, vous devez dépenser au moins 40 euros pour une chaleureuse pièce rouge de nostalgie.

 

1930

 

Voici comment un tuyau est devenu le chouchou de l'industrie

Le Gold Snake a été développé au début des années 1930 et était utilisé partout où l'eau était nécessaire. Par exemple, pour remplir une bassine. Ce qui parait anodin au départ était une véritable innovation à l'époque, car ces premiers domaines d'application impliquaient divers risques pour l'intégrité du tuyau.

Heinrich Pahl, un ingénieur de Düsseldorf, était conscient des attentes envers les tuyaux en termes de robustesse et d'endurance à l'époque et a donc inventé un tuyau qui, pour la première fois, incorporait de simples fils à coudre pour supporter la pression. Cette technologie, qu'il avait copiée de la production de pneumatiques, permettait une grande flexibilité tout en assurant une extrême robustesse, durabilité, et une augmentation significative de la pression de fonctionnement. De nos jours, le Gold Snake assure, par exemple, que les touristes se rendent en toute sécurité en voiture jusqu'à leur hébergement de vacances d'hiver : de nombreux services d'hiver sont équipés de tuyaux particulièrement souples et robustes.

 

1955

 

Voici comment ContiTech a rendu les trajets en bus plus fluides

Lorsque nous avons commencé à travailler avec notre partenaire de développement au milieu des années 50 pour améliorer le confort de conduite des passagers des bus, nous ne pouvions pas prévoir à quel point la solution – la suspension pneumatique 644 N - serait durable. À ce jour, elle assure toujours un trajet en douceur dans les bus de divers fabricants, et cela sous une forme presque inchangée.

Air Spring

Cependant, de nouveaux défis se posent dans le développement de suspensions pneumatiques pour les véhicules dotés de systèmes de transmission alternatifs tels que les transmissions électriques ou les piles à combustible. Les coussins pour les bus électriques doivent être plus larges ou doivent être conçus pour des pressions plus élevées que dans les bus avec des transmissions conventionnelles. Il s'agit d'un défi, car l'espace dans le châssis est restreint. Grâce à son expertise particulière des matériaux, ContiTech a réussi en 2010 à développer une suspension pneumatique légère avec un piston roulant innovant en polyamide renforcé de fibre de verre au lieu de l'acier ou de l'aluminium conventionnels, avec un volume interne pleinement utilisé. Le résultat : les coussins légers destinés à être utilisés dans les bus et autocars urbains permettent un gain de poids de 2 à 2,6 kilogrammes par système de suspensions pneumatiques (selon le type d'essieu).

Vous avez des questions ?

Formulaire de contact